top of page
Sable blanc et pierre

Ouvre ta conscience...

Les 4 phases du pervers narcissique en amour :

Un pervers narcissique ou une personne atteinte d'un trouble de la personnalité narcissique est une personne qui a une image dévalorisante d'elle-même et qui se valorise en rabaissant les autres.

Très souvent, la personne atteinte de ce trouble est une personne séduisante, sympathique, et plaît par son côté flatteur et charmeur.

Ils transportent au fond d'eux une faille narcissique causée dans leur enfance qu'ils projettent ensuite tout au long de leur vie en répétition sur leurs victimes qui comprendront très vite, qu'un malaise s’installe au sein de leurs relations et vivront tout au long de celle-ci, des montagnes russes émotionnelles...



Quels sont les comportements du pervers narcissiques ?


Il entretient une communication floue, et ce n'est pas voulu l'idée est d'avancer progressivement en fonction de votre réaction et de s'adapter à celle-ci.


Il change très fréquemment d’opinion, idée, de projet et parfois même d'endroits.


Cela est du au fait qu'il pense en permanence que le "Mieux" est ailleurs:

il peut avoir mieux avec une autre femme, il peut vivre mieux dans un autre pays, il peut gagner mieux dans un autre travail, ...


Ce qui provoque des changements de situations très fréquents dans sa vie et par conséquent une grande instabilité engendrant un stress qui ne fait que réactiver les crises narcissiques qui seront alors de moins en moins espacées dans le temps...


C'est donc très déstabilisant pour la victime qui "croit" en ces paroles et en sa personne et essaye donc de le suivre dans ses projets qui continuent de changer en permanence.


Il ment en permanence sur ces émotions car il doit " les imitées, les créées et les organisées", mais aussi sur sa personnalité car il s'adapte à la personne qu'il a devant lui, et sur son passé car il n'avouera jamais ces erreurs en les remettant toujours sur les autres et en passant pour la victime: elle/il était trop jalouse, elle/il ne faisait rien de bon, elle/il a des problèmes psychologiques, elle/il est invivable...


Il crée la relation d'objet qui est organisée sous un mode narcissique déficitaire, le Moi pervers lutte contre une menace d’effondrement via les procédés du déni et de l’expulsion projective de ses rejetons psychiques les plus toxiques.


Ce montage défensif bloquant par-là même tout accès à l’intériorité, le sujet pervers demeura non seulement parfaitement ignorant de sa souffrance, mais il la fera porter à un autre.


Il ment également sur la jalousie qu'il propose rapidement mais qui n'est pas "réelle" puisqu'il n'éprouve pas de réels sentiments.


Sa jalousie est utilisée pour dominer et contrôler la victime qui à ce moment là à besoin d'attention et considérera cette jalousie initiale comme une preuve d'amour et d'intérêt en son égard ; il ne la laisse plus dormir seule très vite il passe les nuits a ses côtés, il ne la laisse plus voyager seule, il va diminuer peut à peut ses sorties sans lui et commencer à l'accompagner de plus en plus, l'isolant ainsi progressivement de sa famille, de ses amis, de son travail, bref de sa vie...


Il est incapable de reconnaître les besoins ou les sentiments d’autrui car il n'en ressent aucun, il ne fait qu'imité et imaginé des scènes qu'il expérimente, il joue un rôle dans le film de sa vie dans lequel vous n'êtes que des figurants de passage.


Il est lunatique c'est à dire qu'il présente des changements d'humeur fréquentes sans aucuns éléments déclencheurs particuliers, la victime ne sait donc plus à quoi s'attendre et commence a faire attention à tous ces gestes, actions, paroles,... perdant ainsi progressivement la confiance en elle et tombant sans même s'en rendre compte sous l'emprise du pervers narcissique.


Il est en permanence dans le jugement et décide à la place des autres ce qui est bon pour eux ou pas sans avoir pris la peine de les connaître réellement et en faisant abstraction totale des besoins de la personne.


Il n'est pas tolérant, il n'accepte pas la personne dans son entièreté c'est a dire que pour avoir la merveilleuse chance et opportunité d'évoluer à ses côtés la personne doit changer les habitudes et comportements que le pervers narcissiques considèrent comme mauvais pour son évolution personnel et hors critères de son "idéal" (idéal qui change également en permanence) sans quoi elle se verra rejetée complétement de sa vie pour n'avoir pas effectuer les changements nécessaires, il utilisera alors des phrases comme : tu n'es pas la femme qu'il me faut, je ne suis pas heureux avec toi, je veux ce qu'il y à de mieux pour moi, je veux quelqu'un qui sache aimer...


Il n’est pas conscient du mal qu’il provoque : perte d'estime de soi, culpabilisation, fatigue, ...


Cependant, l’influence qu’il exerce sur autrui est calculée.

Son live-motiv est la vengeance pour extériorisé sa colère enfantine et

"la fin justifie les moyens" car en réalité il utilise les personnes comme des objets qu'il "jettera" en période de rejet comme si d'un moment à l'autre elle n'avaient plus aucune importance.


Phase 1 : L'idéalisation - Love bombing


La séduction perverse consiste à convoquer, à « appeler » l’objet sous le mode de l’ériger au rang de l’un, de l’élu.


Tel est le point aveugle : le point de fantasme d’où le pervers narcissique

« ferre » son objet, notamment l’hystérique, tant sa propension est grande à se laisser séduire pour ainsi soutenir son désir du désir de l’autre.


C’est notamment à grand renfort de séduction narcissique que le pervers construira en son amoureux fasciné son propre culte, jusqu’à être propulsé par celui-ci en lieu et place de son propre « Idéal du Moi ».


Freud souligne concernant l’idéalisation amoureuse : « …le Moi devient de moins en moins exigeant et prétentieux, l’objet de plus en plus magnifique et précieux ; il entre finalement en possession de la totalité de l’amour de soi du Moi ; si bien que l’auto-sacrifice de celui-ci en devient une conséquence naturelle. L’objet a pour ainsi dire absorbé le Moi ».


Il poursuit plus loin : « Toute la situation se laisse résumer intégralement en une seule formule : l’objet s’est mis à la place de l’idéal du moi ».


L’idéalisation contrarie l’investissement d’objet, qui passe du registre objectal au registre narcissique, relançant par-là même la quête inaugurale du Moi quant à sa perfection narcissique perdue. Que l’objet idéalisé et ainsi fascinant soit investi et mis en place de l’idéal du moi ne signifie pas moins « que l’objet sert à remplacer un idéal du moi propre, non atteint.


On l’aime à cause des perfections auxquelles on a aspiré pour le Moi propre et qu’on voudrait maintenant se procurer par ce détour pour satisfaire son narcissisme »


Mais progressivement, l’idéalisation amoureuse névrotique donne le change à l’idéalisation défensive perverse : Le schisme, la proie commence a aimer réellement et est totalement sous emprise alors l'idéalisation commence à ne plus être réciproque...


Cette phase dure plus ou moins 6 mois.


2. La déprédation


L’idéalisation défensive échouant, l’envie s’instaure entre le pervers et son objet, ouvrant les hostilités en même temps que la voie des angoisses précoces d’union à l’objet et de l’atteinte narcissique. Ce temps de « rage narcissique » contre l’objet envié activera ouvertement la relation de déprédation perverse.


« La défense contre l’envie prend souvent la forme d’une dévalorisation de l’objet. C’est ce qui arrive à l’objet idéalisé. La rapidité avec laquelle cette idéalisation s’effondre dépend de la puissance de l’envie ».

Progressivement désorienté par la rage perverse montante, menacé du retrait d’amour par son instance idéale (angoisses narcissiques) et atteint dans ses soutènements propres via la déprédation perverse, le Moi névrotique se verra poussé dans des retranchements régressifs le rendant chaque fois un peu plus dépendant et vulnérable.


A chaque demande d’amour l’idéal du Moi pervers le poussera à constater son insuffisance et renforçant toujours plus son déficit narcissique.


C'est le basculement de la relation dans le registre du désamour :

La déprédation et la dévalorisation.


3. Haine perverse


Lorsque la rage narcissique ne suffit pas à juguler les pulsions de destruction, ni à lutter efficacement contre l’angoisse persécutive et dépressive, la haine perverse s'active : c'est la décompensation narcissique.


Durant ce temps, le contrôle de l’objet est quasi total, la jouissance narcissique issue de l’exercice d’asservissement-dégradation véhicule des fantasmes d’omnipotence.


Le fantasme de séparation voit le jour et génère des angoisses narcissique car la dévalorisation amène le pervers à ce rendre compte que la relation ne ressemble pas à son "idéal" de départ et à cette étape, il commence donc à chercher d'autres proies qui pourront mieux alimenter son narcissisme car l'actuelle à de moins en moins d'énergie et il ne l'idéalise plus au contraire il la dévalorise la comparant à ce partenaire "idéal" qu'il recommence à chercher.


Les infidélités et ruptures soudaines commencent à avoir lieu, c'est la triangulation. C'est bien souvent à cette phase de la relation que le pervers se souvient de son ex relation et, la comparant à celle-ci, recommence à l'idéaliser jusqu'à très souvent trianguler entre les deux pour choisir qui le méritera. Les victimes replonge dans l'illusion d'une lune de miel courte et brève espérant retrouver la relation du début, qui malheureusement ne reviendra jamais.


4. La destruction


La victime est complètement dépersonnalisée et dévastée suite à ces 'futur facking' multiples : l'espérance d'un futur meilleur, l'énergie investie, les projets communs espéré, les trahisons, les dévalorisations, et l'abandon soudain. Car elle perd son objet culte auquel tout au cours de la relation elle est devenue sans le vouloir la complice.


Le pervers continuera a faire souffrir à distance son objet par différente techniques de manipulation comme:


- Le gaslighting qui consiste à abandonner complètement la personne d'un moment à l'autre en provoquant un conflit soudain et sans aucuns sens concret.


- Le silence radio complet, blocage réseaux sociaux et téléphone...


- L'affichage avec sa nouvelle victime qui prend votre place comme si vous n'aviez jamais exister.


- La destruction relationnelle, il vous fait passer pour la folle, la méchante, auprès de vos relations et s'acharne à détruire votre réputation.


- Il peut faire réapparition, promettre de nouvelles choses, faire croire qu'il à compris qu'il vous aime, attendre que vous y croyez de nouveau et à ce moment vous abandonnez de nouveau. L'idée est de vous tenir en suspension pour que vous continuez à lui appartenir.


- Il peut être violent physiquement.


- ...


Il s'alimente sachant que vous culpabiliser, car tout est de votre faute mais jamais de la sienne, et que vous continuer à souffrir à distance.


La dépendance affective raconte la même faille narcissique que la perversion narcissique.


On a donc deux personnes qui ont vécu un traumatisme rejet passé provoquant une faille narcissique, l'unique différence est le mode de protection développé par la suite:


- Soit on développe un excès empathique par nécessiter de combler le besoin de reconnaissance, on se connait mais on ne comprend pas pourquoi on n'est pas aimer à notre juste valeur par les autres.

On veut comprendre et donner.


- Soit on développe un excès de contrôle et colère que l'on déchargera sur les autres empathes car on ne comprend pas comment ils font pour développer toutes ces qualités que l'on a pas su développer. On pense être le responsable de ce qui nous est arrivé et on veut changer de personnalité pour alimenter la faille narcissique et se reconnaitre des qualités que l'on volera aux autres car on ne se connais pas et comme un caméléon on se personnalise en dépersonnalisant les autres pour expérimenter une vie fictive qui nous fait oublier temporairement qui l'on est !

Ensuite on se souvient, on souffre et on détruit pour créer autre chose que l'on détruira toujours plus rapidement et plus intensément...

On veut se venger et prendre.


Les deux profils s'attirent comme des aimant car elles reconnaissent chez l'autre leurs propre faille narcissiques.


Le problème est que le pervers narcissique ne le trouveras jamais son "idéal" et que le schéma est répétitif et sans fin, laissant derrière lui de nombreuses victimes qui mettrons des années à se reconstruire si toutefois elle y arrivent...

Très souvent ces relations sont karmiques et font l'objet d'un contrat d'âmes dans le cadre d'un apprentissage pour l'ascension spirituelle, car on le sait, c'est par la souffrance que naît l'introspection capable à notre transformation !


Échange avec la communauté:
As-tu vécu une relation avec un pervers narcissique ?

Partage ton expérience dans les commentaires!
 

Suis mon blog www.calistabellini.com en t' inscrivant à ma newsletter, reste informé et reçois mes articles directement dans ta boîte mail!


Suis-moi sur Instagram - Facebook


Envoi moi un message : Info@calistabellini.com




Découvre les évènements à venir
bottom of page